Skip to main content

Stakeout following Vote on the Climate and Security Resolution

Stakeout – English

 

Good morning. I will read a statement on behalf of Ireland and Niger on the outcome of the vote on the Climate and Security Council draft resolution and my colleague Ambassador Abarry from Niger will deliver the remarks also in French. Ireland and Niger are extremely disappointed that the Security Council today failed to adopt the resolution on Climate and Security. We know very well that this resolution would have been a historic and an important, not to mention necessary, move for the Council at a critical point in time.

 

This resolution is about looking at the Security Council’s role in our current world. Research and evidence on the ground show clearly that climate change is creating insecurity and instability. This Council will never live up to its mandate for international peace and security if it does not adapt. It must reflect the moment we are now living in, the threats to international peace and security which we now face.

 

We did not seek a veto. We engaged carefully with all delegations in an effort to find a balanced text which we hoped the Council would adopt.

 

Let me be clear - the veto is an anachronism. This is a Security Council which sorely needs reform. We regret the use of the veto in all circumstances, and we absolutely regret its use today. Its use is a stain on the legacy of the Council.

 

The large number of cosponsors of this resolution from across the General Assembly is a clear sign of where the world stands on the issue of climate and security.

 

It remains vital that the Security Council incorporates climate related security risks into its work. It remains vital that we seek to understand the implications of climate change on the relevant parts of our agenda. And it remains vital that the use of a veto does not hold us back from the responsibility entrusted to us.

 

Stakeout – French

 

 

Merci, L'Irlande et le Niger sont extrêmement déçus que le Conseil de sécurité n'ait pas adopté aujourd'hui la résolution sur le climat et la sécurité. Nous savons très bien que cette résolution aurait été un geste historique et important, pour ne pas dire nécessaire, pour le Conseil à un moment critique.

 

Cette résolution vise à examiner le rôle du Conseil de sécurité dans notre monde actuel. Les recherches et les preuves sur le terrain montrent clairement que le changement climatique est un facteur d'insécurité et d'instabilité.

 

Ce Conseil ne sera jamais à la hauteur de son mandat pour la paix et la sécurité internationales s'il ne s'adapte pas. Il doit refléter le moment dans lequel nous vivons actuellement, les menaces à la paix et à la sécurité internationales auxquelles nous sommes confrontés.

 

Nous n'avons pas cherché à obtenir un veto. Nous nous sommes engagés avec un esprit d’ouverture et beaucoup de patience avec toutes les délégations afin d’obtenir un texte équilibré que nous espérions voir adopté par le Conseil.

 

Permettez-moi d'être clair : le veto est un anachronisme. C'est un Conseil de sécurité qui a cruellement besoin d'être réformé. Nous regrettons l'utilisation du veto en toutes circonstances, et nous regrettons absolument son utilisation aujourd'hui. Son utilisation est une tache sur l'héritage de ce Conseil.

 

Le grand nombre de coparrains de cette résolution provenant de toute l'Assemblée générale est un signe clair de la position du monde sur la question du climat et de la sécurité. Le fort soutien de douze membres sur les quinze du Conseil de Sécurité en est une autre illustration de ce soutien.

 

Il demeure essentiel que le Conseil de sécurité intègre dans ses travaux les risques sécuritaires liés au climat. Il reste également crucial que nous cherchions à comprendre les implications du changement climatique sur les point pertinents à l’agenda du Conseil. Et il demeure tout aussi essentiel que l'utilisation du droit de veto ne nous détourne pas de la responsabilité qui nous est confiée.

« Previous Item | Next Item »